Il suffit d’une seule
piqûre de moustique

Toute personne qui voyage vers l’un des 24 pays touchés en Asie peut contracter le virus de l’encéphalite japonaise (VEJ) qui est associé au Zika, à la dengue, à la fièvre jaune et au virus du Nil occidental, transmis par les moustiques. Dans de rares cas, une infection par le virus de l’EJ peut entraîner une encéphalite.

Toute personne qui voyage vers l’un des 24 pays touchés en Asie peut contracter le virus de l’encéphalite japonaise (VEJ) qui est associé au Zika, à la dengue, à la fièvre jaune et au virus du Nil occidental, transmis par les moustiques. Dans de rares cas, une infection par le virus de l’EJ peut entraîner une encéphalite.

Qu’est-ce que l’encéphalite japonaise (EJ) ?

L’encéphalite japonaise est une maladie grave, courante partout en Asie. Elle est causée par le virus de l’EJ et transmise par des moustiques infectés.

La majorité des infections sont asymptomatiques (elles ne provoquent aucun symptôme); la maladie clinique se manifeste chez 1 personne sur 50 à 1 000 personnes infectées. Plus de 70 000 cas cliniques sont signalés chaque année dans le monde. Ce chiffre pourrait être beaucoup plus élevé en réalité, en raison de systèmes de surveillance inadéquats dans de nombreux pays asiatiques où le virus est endémique.

Quels sont les symptômes de l’EJ ?

Les patients qui présentent des symptômes manifestes de la maladie montrent habituellement des symptômes grippaux tels une fièvre élevée, des nausées et des vomissements, lesquels peuvent conduire à des crises d’épilepsie ou un coma. Bien que certains patients se rétablissent complètement, l’EJ peut être mortelle chez jusqu’à 4 patients sur 10. 50 % des patients qui survivent demeurent aux prises avec des incapacités permanentes (par exemple, la paralysie ou l’incapacité de parler).

Aperçu : issue de l’EJ symptomatique

Les complications de l’EJ peuvent inclure les troubles cognitifs, neurologiques et comportementaux, les convulsions et les troubles neuromusculaires.

Les moustiques peuvent piquer le voyageur dès son arrivée.

Des cas d’EJ ont été signalés chez des personnes non-vaccinées ayant séjourné très brièvement dans les lieux où le virus est endémique.

Dans quels pays l’EJ sévit-elle ?

Vous pourriez courir un risque de contracter l’encéphalite japonaise si vous voyagez en Asie du Sud-Est

  • L’encéphalite japonaise est l’une des principales causes d’encéphalite virale en Asie et peut être sous-déclarée dans de nombreux pays asiatiques où le virus est endémique en raison de systèmes de surveillance inadéquats.
  • Les voyageurs non-immunisés de tous âges venant de pays où le virus n’est pas endémique pourraient être touchés.
  • Pour la majorité des voyageurs en Asie, le risque de contracter l’EJ est faible; il varie en fonction de la destination, la saison, la durée du séjour et les activités pratiquées.

Pas seulement au Japon

Le premier cas d’encéphalite japonaise a été documenté au Japon en 1871. Depuis, le virus s’est répandu à travers toute l’Asie; par conséquent, il pourrait être plus approprié de penser à l’EJ comme une encéphalite asiatique. Le virus de l’encéphalite japonaise est endémique dans plus de 24 pays en Asie, en Asie du Sud-Est et dans certaines régions du Pacifique Occidental.

Le risque existe aussi dans les régions urbaines.

La présence du virus de l’EJ dans des moustiques en circulation a été démontrée non seulement dans les régions rurales, mais aussi dans plusieurs villes de l’Asie du Sud-Est.

Les frontières entre les régions rurales et urbaines sont floues.

Les visiteurs qui se rendent dans les endroits où l’EJ est endémique ou épidémique sont à risque plus élevé de contracter une infection au virus de l’EJ comparativement à la population locale.

Toute personne voyageant vers l’Asie devrait être évaluée sur le plan des risques et devrait être informée des stratégies de prévention de l’EJ.

© 2019 VALNEVA Canada Inc.
Marques de commerce utilisées sous licence.